De la famille des Brassicacées, le chou chinois (chou de Pékin, pe-tsaï ou chou de Shanton) appartient à une variété qui a tout l’air d’une laitue ! Caractérisé par ses grandes feuilles, de couleur vert clair, il possède des nervures blanches et charnues qui se rejoignent pour former une « pomme » oblongue. Très utilisé dans la gastronomie orientale, le chou chinois se mange cru, cuit, braisé ou sauté, et il ne cesse de gagner en popularité. Source de vitamine C et de sels minéraux tels que le sodium, le potassium, le magnésium ou le calcium, il tire avantage d’une texture croquante et d’un goût très suave, mais plutôt que de vous contenter d’en avoir l’eau à la bouche, apprenez donc à le cultiver !

Des précautions à prendre avant de s’y mettre

Le chou chinois affectionne les climats doux. Il se développe mieux à des températures inférieures à 20 °C et, dans une certaine mesure, il résiste même au froid. Il préfère la lumière directe du soleil et, bien qu’il puisse tenir quelques heures à l’ombre, il a besoin de 4 à 5 heures d’ensoleillement quotidiennes. Avec une durée de végétation de 70 à 80 jours, il doit être semé ou planté dans un sol riche et bien nourri ; et lorsque sa pomme commence à se former, on peut ajouter, à la surface du sol, un peu de fertilisant biologique ou de compost organique pour s’assurer de meilleurs résultats. Enfin, le chou chinois étant sensible à la sécheresse, il convient de maintenir un sol humide et bien drainé, ce que le Kit Potager à Domicile de Noocity vous permettra très facilement !

Savez-vous planter des chou chinois?

Comment semer ou planter des chou chinois

Vous connaissez maintenant les principales conditions pour réussir une culture de chou chinois. Il est donc temps de mettre les « mains dans la terre » ! Selon l’espace dont vous disposez, vous pouvez semer directement en lit de culture ou à l’intérieur de votre maison ou appartement, en particulier si vous effectuez le semis au printemps. Placez les graines ou les plants dans des sillons de 2 à 3 cm de profondeur, laissez 30 à 40 cm d’espace entre chaque sillon. À l’instar d’autres variétés, le chou chinois mûrit mieux lorsque le temps se rafraîchit. C’est pourquoi, dans les pays aux hivers peu rigoureux, il est possible de récolter, en décembre, les choux plantés au début de l’automne. Souvenez-vous qu’au moment du semis ou de la plantation, vous devez conserver la surface du sol humide, et ce jusqu’à ce que la plante germe ou s’installe, selon les cas.

Ravageurs et maladies

Le chou chinois présente un cycle de culture moyen. Ainsi, comme il a besoin de temps pour pousser, il est davantage exposé aux ravageurs et aux maladies. Soyez donc vigilants aux limaces, aux chenilles et aux larves de racine ; et utilisez du purin d’orties ou une solution à base de liquide vaisselle bio pour pulvériser le chou, au cas où vous constateriez la présence d’intrus.

La pourriture noire est l’une des maladies les plus courantes chez les Brassicacées. Elle survient surtout lors de périodes inattendues de chaleur. Des lésions jaunâtres en forme de « V » apparaissent sur les feuilles, et lorsque la maladie se propage, ces feuilles se dessèchent et tombent prématurément.

Voici de bonnes pratiques pour éviter les surprises désagréables : abandonnez l’arrosage par aspersion, faites la chasse aux mauvaises herbes et optez pour la rotation des cultures dans votre potager.

Comment et quand récolter le chou chinois

Au moment de la récolte, ce n’est pas la taille qui vous indiquera si la pomme du chou est mûre, mais une structure et une texture fermes et solides.
Avec son cœur fermé, le chou chinois doit être cueilli en entier. Coupez-le au niveau de la racine des feuilles, à ras du sol, tout en laissant une tige d’environ 3 cm pour que la plante puisse repousser si les conditions climatiques le permettent. Quand les prévisions sont à la pluie, récoltez les pommes de chou mûres avant qu’elles ne soient endommagées par trop d’humidité !

N’oubliez pas que la culture du chou chinois doit respecter une règle de base commune à la famille des Brassicacées : il convient de semer ces plantes (chou, chou de Bruxelles, brocolis, kale, etc.) dans des lieux différents du potager ou un autre lit de culture à chaque cycle, vous éviterez ainsi la propagation de maladies.